Chroniqueurs et chroniqueuses de :

« L’Arwaky – 2e Partie : Devenir Kawak »

Que dire quand les lecteurs en parlent mieux que vous ?!
Voici la chronique de « Ich mag Bücher » : (son site est ici)

« Je remercie l’auteure pour ce service presse.

Mon avis :

Vous n’imaginez pas comme j’étais heureuse d’avoir ce livre entre mes mains (façon de parler, je l’ai lu en numérique). J’attendais cette suite avec impatience et elle est à la hauteur de mes attentes.

Avant toute chose, je rectifie une erreur dans ma première chronique : les « sauvages » ne sont pas noirs mais plutôt type indien d’Amérique latine. Et justement, l’Arwaky de Camille se poursuit sur leur territoire : dans la forêt en compagnie de Victoire et ils visitent de nombreux clans dans chacune des tribus. Bien évidemment, ils continuent également leur petit jeu de séduction, qui baissera les bras en premier ?

Niveau intrigue, on continue sur la lignée du premier. L’histoire reprend exactement au même moment où la première partie s’arrêtait. L’apprentissage de Camille poursuit son petit bonhomme de chemin. Les épreuves se multiplient et à cette occasion Camille m’a impressionnée à plusieurs reprises sur ses nouvelles capacités. Il faut dire qu’il a une excellente Gowa : Wanha est incollable sur la culture Arwak ; ainsi qu’une très bonne motivation. On découvre encore plein de nouvelles choses sur cette culture, sur leur mode de vie qui est assez étonnant. En parallèle, on est les heureux spectateurs de l’évolution de Camille. Notamment sa façon de voir les choses, ces sauvages deviennent des personnes à part entière, il se lie même d’amitié avec certains, il n’accroche pas avec d’autres, mais jamais n’ayant pas sa langue dans sa poche, il dit ce qu’il pense et alors là, ça passe ou ça casse. Assister au changement de sa perception, à tout ce mécanisme qui s’enclenche et qui le pousse à remettre en question ses principes est touchant.

De son côté, Victoire est de plus en plus éprise de Camille et se fait violence pour résister, mais voir Camille si sûr de lui la motive. Elle prend beaucoup de plaisir à partager tout ce qu’elle sait, elle est aussi heureuse d’être dans son élément et de revoir tous ses amis. Elle est très appréciée chez les Arwaks, en tant qu’Arwak, qu’amie et bien sûr en tant que femme. On rencontre beaucoup de personnes. Parmi celles-ci, j’ai été marquée par la gentillesse de Lanor, la sensibilité de Dakiro, la colère de Léonard, le bon sens de Sanir. J’ai été ravie de revoir Albert et la famille de Victoire à la fin.

La dernière épreuve de l’Arwaky m’a surprise, je ne m’y attendais pas, mais le chapitre qui suit fait ressortir toute la sensibilité de Camille, et sa vulnérabilité émotive aussi. J’ai adoré le dénouement de la relation entre Camille et Victoire pour ce tome. Cette seconde partie est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur le passé de Camille et de sa famille, pas tout (ce ne serait pas drôle), mais juste ce qu’il faut pour satisfaire notre curiosité.

J’accroche vraiment bien avec la plume de l’auteure. C’est dynamique, même quand l’action prend une pause, on ne s’ennuie pas. Il faut dire que la narration retranscrit énormément les pensées et les états d’âme des personnages. Les dialogues sont géniaux, les conversations sont souvent longues, mais c’est nécessaire. Elles apportent beaucoup à la compréhension des personnages pour le lecteur et évidemment à l’évolution des relations qu’ils entretiennent. A la fin du livre, des Annexes nous permettent de mieux comprendre l’histoire de l’île et de ses habitants. On se rend compte du gros travail que l’auteure a fait. La maîtrise de son univers est totale et tout est bien développé et exploité. Le couverture est à nouveau très réussie.

L’auteure nous offre un roman solide avec des personnages travaillés et attachants, dans une forêt qui regorgent de beauté mais aussi parfois d’horreur. Encore meilleure que la première partie ! Il me tarde d’assister à la confrontation entre Camille et ses parents.

 Note : 18/20″

Merci !

> Aller à la page « Acheter le livre »