Les Valory :

VALORY Antoine-Anselme (1798) : (grand, châtain grisonnant, yeux noisette). Né à Nouvelle-Terre, il grandit sur le domaine de son père, sur les hauteurs de Lentredeux. Élevé par Monina, sa nourrice, Antoine est garçon facile et complaisant. Curieux, le jeune homme est très vite attiré par le mode de vie des indigènes. Se dressant contre la volonté de son père, il décidera de devenir Frontalier. Mais en 1814, il rentrera en France après s’être marié à Élisabeth Sabran, enceinte de plusieurs mois. De tempérament accommodant, Antoine est un homme d’honneur. Plutôt réservé, il peut toutefois se révéler très opiniâtre lorsqu’il s’agit de défendre les personnes qu’il aime.

VALORY Élisabeth (née SABRAN) : (élancée, brune, yeux verts). Née à Nouvelle-Terre, elle vit dans la misère pendant plusieurs années auprès de sa mère, fille-mère abandonnée par son propre père bien avant sa naissance. Jouant de sa beauté, Élisabeth obtiendra un emploi de femme de chambre chez le gouverneur, comme sa mère avant elle. Quand elle épousera Antoine, Élisabeth exigera de son mari leur retour en France où elle retrouvera la trace de son père biologique, Édouard De Virel, éminent notable en vue. Elle parviendra alors à l’obliger à la reconnaître légalement comme étant sa fille légitime. Élisabeth s’adapte très facilement à la société mondaine dans laquelle elle n’a de cesse de vouloir briller et trompe son mari qu’elle méprise sans aucun scrupule. Intelligente, intrigante et capricieuse, Élisabeth agit sans états d’âme, et toujours dans son intérêt.

VALORY Camille (1815) : (grand, châtain, yeux verts). Né en France au domaine de La Combe du Vairdelet, Camille a tout et n’imagine pas qu’il puisse en être autrement. Ignorant totalement le passé de ses parents, il profite pleinement de sa position de riche héritier. Camille dissimule sa grande sensibilité derrière une attitude désinvolte et parfois arrogante, quand elle n’est pas provocante. Pas spécialement bagarreur, ses colères peuvent toutefois être redoutables lorsqu’il se sent blessé ou en danger. Camille passe le plus clair de son temps à s’amuser des femmes et n’accorde sa confiance qu’à son ami d’enfance, Albert.

Les autres Personnages :

DE L’AUBÉPIN Albert (1815) : (de taille commune, roux, yeux bleus). Ami et unique confident de Camille, Albert est né sur le domaine voisin de celui des Valory. Albert connaît très bien Camille et le comprend mieux que personne. Il est lui aussi sensible, mais se fâche rarement. Incorrigible optimiste, il regarde le monde avec recul et compassion, s’attachant toujours à mettre en avant le bon côté des choses. Son attachement à Camille fait de lui le plus fidèle des amis.

DAMBRAY Jacques : Gouverneur de Nouvelle-Terre. Les Frontaliers ont œuvré dans l’ombre pour le hisser à son poste. Sensible à la cause indigène, il essaye de maintenir l’équilibre des forces en présence dans l’île en veillant au respect des termes du Traité.

DAMBRAY Victorien : (grand, élancé, cheveux blonds, yeux bleus). Fils aîné du gouverneur et débauché notoire, Victorien ne pardonne pas aux Arwaks de l’avoir écarté de l’Arwaky : Marowa a refusé sa candidature. Profondément vexé, le jeune homme a juré de se venger de cet affront. Personne ne s’oppose à Victorien sans en payer le prix un jour. Bien fait de sa personne, Victorien est caractériel autant que charismatique. Il ne craint personne et ne doute jamais de lui.

DAMBRAY Agnès : (cheveux châtains, yeux vifs). Agnès est la fille du gouverneur et la sœur cadette de Victorien. Elle est soucieuse de son apparence et très fière du rang qu’elle occupe dans la société. Entrepreneuse et parfaitement consciente de plaire aux hommes, elle mène ses proches au gré de se caprices. Fortement influencée par son frère, elle méprise les indigènes et tout ce qui s’y rapporte.

< Retour à la page « Les Personnages »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *