Pourquoi ce titre de série ?

« Les Frontaliers »

   Où se trouve réellement la vérité quand deux cultures totalement différentes se rencontrent ? Que garder des différences qui nous séparent ? Faut-il tout rejeter en bloc ? Ou faut-il tout accepter ?

     J’ai toujours pensé que la vérité devait se cacher quelque part, à la frontière entre les deux, et qu’elle devait, pour beaucoup, dépendre de ce que l’on acceptait (ou pas) d’apprendre de l’autre…

Mes personnages se retrouvent donc à la Frontière entre leurs deux cultures.

   Mais que faire de ses sentiments quand la frontière ne doit pas être franchie ? Ou pire : quand on refuse de le faire malgré les élans de son cœur ?

   Ainsi est née la série “Les Frontaliers”. Elle met en scène plusieurs personnages partagés entre leur culture et la découverte de celle l’autre. Ils se trouvent à la Frontière, justement. Certains s’adaptent sans peine, d’autres refusent tout compromis, et d’autres, encore, se retrouvent tiraillés entre leurs sentiments, leur éducation, et leur conscience…

     C’est là que l’aventure commence : “L’Arwaky”. Cette initiation tribale qui mettra le cœur de Camille à rude épreuve…

   Ce roman se passe en 1837 et se déroule sur une île imaginaire des Caraïbes. Les Arwaks du livre ressemblent sans doute à ces Amérindiens venus peupler les îles depuis la forêt amazonienne : les Arawaks (« arahuacos » en espagnol).

   Et s’ils n’avaient pas tous disparu après l’arrivée des colons espagnols ?

> Aller à la page « Quatrième de couverture »